IMG_20200824_175025_577.jpg
LOGO-ADMA-NEW-PNG.png

Article : le corps, un messager

Par Olivier CHABOT

Depuis quelques années, j’interroge le corps des patients qui viennent me voir pour décrypter le message ou les messages qu’il adresse. Notre mental, que nous avons l’habitude d’utiliser, et auquel souvent on fait référence, nous trompe souvent car, relié à l’égo, il a pour fonction de nous protéger et de ce fait décèle plutôt des agresseurs extérieurs, responsables de notre mal-être. Tandis que le bon sens populaire, dans ses expressions, nous fait part d’un retour à soi pour comprendre ce qui se passe : "J’en ai plein le dos", "C’est pas le pied", "ça ne passe pas". Autant d’expressions qui nous disent "que l’on porte trop", "que l’on n’a plus envie d’avancer" ou "que l’on n’accepte pas".


Mais les mots expriment aussi les maux comme le dit Jacques Salomé. Ainsi, la bronchite qui indique que l’on bronche ; les genoux ou je-nous, cristallisation de notre rapport à l’autre et de notre positionnement (vais-je mettre pied à terre et me soumettre ?) ou encore les chevilles dans notre lien aux projets (suis-je chevillé, coincé ?). Ce bon sens populaire se vérifie dans les énergies . Combien de patients je reçois, fatigués ou en burn-out, dont les énergies au niveau du pied droit disent stop.


Quand j’ai eu 49 ans, j’étais encore enseignant me demandant quand et si je pourrais un jour réaliser mon projet de thérapeute. Je me suis alors projeté dans les 50 ans puis les 60 avec la retraite en point de mire. Il n’en a pas fallu plus pour que peu de temps après, lors d’une partie de tennis, je me fis une entorse au pied droit, côté du masculin et du faire. Je me sentais bel et bien chevillé.


Ou encore cette jeune femme qui vint me voir pour des douleurs suite à une hernie. J’auscultais ses énergies pour les rétablir et décelais qu’il y avait une décision à prendre de séparation qui la bloquait. Elle me confirmait qu’elle était en train de se séparer. Peu de temps après, j’eus des nouvelles : les douleurs avaient nettement diminué et elle avait pu se remettre à la conduite. Une hernie est une grosseur qui signifie que l’on veut sortir d’une situation. Le corps parlait à nouveau.


Notre corps, messager de notre âme, saura toujours nous indiquer les transformations à opérer si nous apprenons à l’écouter et à lui faire confiance.



Auteur

Olivier CHABOT

Thérapeute du langage du corps, énergéticien et astrologue humaniste

Contact : o.chabot26@gmail.com 06 73 13 49 62


​VOIR LE PROFIL COMPLET




Posts récents

Voir tout