top of page
IMG_20200824_175025_577.jpg
LOGO-ADMA-NEW-PNG.png

La pratique de la sophrologie chez l'enfant

Article rédigé par Magali Florin, Sophrologue

L’enfant peut pratiquer la sophrologie à partir de 4 ou 5 ans

Chez les enfants, la sophrologie peut être utile en cas de :

  • stress ou d’anxiété ;

  • troubles du sommeil ;

  • problèmes de concentration et de mémorisation à l’école.

  • troubles alimentaires ;

  • TOCS (troubles obsessionnels compulsifs) ;

  • maladies psychosomatiques ;

  • d’hyperactivité ;

  • d’agressivité.

La séance débute par des échanges avec les parents et l’enfant pour savoir ce qui ne va pas. Les parents expliquent le motif de la consultation et l’enfant peut à son tour dire avec ses mots pourquoi il est là. Une fois ce temps d’échanges écoulé, les parents sortent du cabinet (si l’enfant se sent suffisamment en confiance) et je me retrouve en tête à tête avec l’enfant. La séance s’organise alors en fonction de l’enfant, de son rythme et de la problématique. Je lui propose des exercices autour de la respiration, du mouvement et de l’imagination.


Si l’enfant n’est pas assez sécurisé nous faisons la séance à 3 ou 4.


La pratique de la sophrologie favorise le développement de l’enfant dans plusieurs domaines :

  • elle stimule sa créativité ;

  • elle encourage l’autonomie ;

  • elle renforce la conscience de son corps, de ses émotions et sensations ;

  • elle lui donne des outils pratiques pour se détendre, se calmer, accueillir ses émotions et lâcher prise ;

  • elle renforce la confiance en soi ;

  • elle l’aide à mieux communiquer avec les autres ;

  • elle diminue la somatisation.

L’enfant découvre qu’il a des outils à disposition qu’il peut utiliser facilement en classe et à la maison. Je propose toujours de commencer par refaire quand on a envie, quand l’enfant se fait plaisir en refaisant les exercices.


L’exercice de la bougie

Cet exercice doit toujours être réalisé en présence d’un adulte. L’enfant allume une bougie puis souffle sur la flamme doucement sans l’éteindre. Il fait « danser » la flamme ce qui permet de travailler la respiration. A la fin, l’enfant peut éteindre la bougie en soufflant plus fort pour mettre au loin les choses qui l’ennuient, le dérangent.


La pratique de la sophrologie est complétée par celle de la relaxation non verbale. Au fil des séances, l’enfant va renforcer l’acquisition de son schéma corporel et découvrir les sensations en lien avec la détente et la relaxation.


L'auteure

Magali FLORIN

Sophrologue et partenaire de votre équilibre



Comentarios


bottom of page